RThPh 144 (2012/II), P. 159-171

Christian INDERMÜHLE
Redondances. Paul Ricoeur et ses sutures politico-théologiques

Résumé
Paul Ricoeur construit la philosophie comme une hétérotopie, en la soumettant à l’ordre, juridique et théologique, d’un «aveu». En soustrayant la pensée à la compétence première de la philosophie pour l’accorder à l’ordre d’un récit, Ricoeur fait de l’exercice de la philosophie une «empirique de la volonté serve». Ce primat donné à un ordre de médiation, par le biais d’un récit, dépouille ainsi la philosophie de toute tâche inaugurale. Dans ses Valences of the Dialectic, le philosophe américain Jameson est revenu de façon critique sur ce montage, soulignant le paradoxe qui oblige Ricoeur à ôter la pensée du temps des tâches premières de la phénoménologie. Cet article vise à en exposer les conséquences (notamment le basculement vers une herméneutique), pour interroger les effets théologico-politiques de ce vaste projet.

C. INDERMÜHLE, Redundancy. Paul Ricoeur and his linking of theology to politics, RThPh 2012/II, p. 159-171.
Paul Ricoeur constructs philosophy as a heterotopia, in subjecting it in the order of a juridical and theological «confession». By subtracting thought from the primordial competency of philosophy in order to link it to a story, Ricoeur displays the primacy of a third party. In his Valences of the Dialectic, the American philosopher Jameson has reviewed this assemblage, underlining the paradox which thus obliges Ricoeur to pull out an idea from the time of the first tasks of phenomenology. This article tries to lay out the consequences (notably the swinging towards hermeneutics), so as to question the theological-political effects of this vast project.