RThPh 2009/III, p. 253-259.

Jean-Pierre VAN ELSLANDE
Que philosopher, c’est être enfant : Montaigne pédagogue

Résumé
Cet article a pour objet la façon dont Montaigne envisage la philosophie comme une forme de pédagogie. Si l’on connaît bien les développements des Essais qui, inspirés par le néo-stoïcisme, font de la réflexion sur la finitude de l’existence un apprentissage philosophique, les développements consacrés à l’apprentissage ne sont généralement envisagés que dans la perspective d’une histoire de l’éducation. Or ils amènent Montaigne à s’intéresser au processus d’éclosion de l’esprit critique plutôt qu’à ses fins ultimes, et permettent par conséquent d’enrichir l’idée que nous nous faisons des rapports de l’essayiste
au savoir philosophique. Leur originalité débouche notamment sur une redéfinition de l’écriture comme source de connaissance, ainsi que sur une conception du plaisir littéraire entendu comme une expérience de pensée et de vie fondatrice.

J.-P. Van Elslande, To philosophy is to be a child. Montaigne as pedagogue, RThPh 2009/III, p. 253-259.
This article treats the way Montaigne sees philosophy as a form of pedagogy. While, in the Essays, those developments are well known which, inspired by neo-stoicism, make of the finiteness of existence a lesson in philosophy, the developments dedicated to learning are generally only considered within the perspective of the history of education. Yet they bring Montaigne to an interest in how the critical spirit blossoms rather than in its ultimate ends ; in consequence, they enrich our idea of the essay writer’s relation to philosophical knowledge. Their originality, notably, leads to a redefinition of writing as
a source of knowledge and a conception of literary pleasure as an experience of thought and of re-invigorating life.