RThPh 2008/II-III, p. 205-218.

Ghislain WATERLOT
Le souci de soi comme condition éthique minimale de l’humanisation du sujet

Résumé
Aux yeux de Ruwen Ogien, l’humain en chacun de nous est une donnée fixe qu’il faut laisser, autant que possible, s’exprimer librement. Nous affirmons au contraire, avec Aristote et Bergson, que notre humanité est toujours en train de se faire (ou de se défaire) selon l’attention que nous portons sur
nous-mêmes. Bref, notre humanité serait une réalité en devenir. Dans cette perspective, le souci de soi nous paraît essentiel ; d’autant plus que certains actes, ne concernant apparemment que nous-mêmes, ont en fait des conséquences éthiques inattendues ou indirectes sur autrui et sur la vie sociale. Nous nous efforçons de le montrer à partir des exemples que Ruwen Ogien analyse volontiers dans ses ouvrages, à savoir la masturbation et les pratiques sadomasochistes.

G. Waterlot, Self-concern as the minimal ethic condition of the humanisation of the subject, RThPh 2008/II-III, p. 205-218.
In the view of Ruwen Ogien, what is human in each one of us is a fixed given which must be left, as much as possible, to free self-expression. We affirm, on the contrary, with Aristotle and Bergson, that our humanity is always in the process of being made (or unmade) according to the attention we give ourselves. Briefly, we are constantly becoming human. In this perspective, self-concern is essential ; all the more so when certain actions, seeming to concern only ourselves, have, in fact, unexpected or indirect ethical consequences on others and on social life. In this article we try to show this on the basis of examples that Ruwen Ogien gladly analyses in his work, notably masturbation and sado-masochisme.