RThPh 2006/IV, p. 343-354.

Claude CALAME
Identité et sujet de discours : soi-même comme les autres

Résumé
Pour décrire les moyens dont dispose l’individu pour se constituer en personne (partagée entre l’identité du caractère, l’idem, et le soi plus personnel et moral de l’ipse), Paul Ricoeur, dans Soi-même comme un autre (Paris, Seuil 1990), emprunte aux linguistes deux ensembles conceptuels : les références identifiantes (noms propres) et les actes d’autodésignation du je. Mais, par ce double biais, la pragmatique linguistique conduirait, selon lui, à une impasse, éludant finalement la question du qui? C’est oublier que, dans l’énonciation, le je lui-même acquiert une certaine épaisseur sémantique. Une poésie mimétique d’action comme la poésie lyrique grecque montre le rôle que peut jouer dans la constitution du moi une identité énonciative collective, qui inscrit d’emblée la dialectique entre l’idem et l’ipse dans le rapport avec les autres, sans référence ni métaphysique ni théologique.

C. Calame, Identity and the subject of discourse : oneself as another, RThPh 2006/IV, p. 343-354.
To describe the means the individual has for establishing personhood (between character identity, the idem, and the more personnel and moral self of the ipse), Paul Ricoeur, in Oneself as Another (English translation 1992), borrows two conceptual ensembles from linguistics: the identifying references (proper nouns) and the selfdesignating acts of the self. But, according to him, by taking this double bias, linguistic pragmatics leads to an impasse by finally eluding the question “who”. This is to forget that in enunciation, the very self acquires a certain semantic depth. A mimetic poetry of action, like Greek lyrical poetry, shows the role that can be played in the constitution of the self by a collectively enunciated identity, which automatically sets the dialectic between the idem and the ipse in relation to others, without metaphysical or theological reference.