RThPh 2003/I, p. 13-33.

Raphaël CÉLIS
Enfance et compassion chez Nietzsche et Dostoïevski

Résumé
Dans l’oeuvre de Dostoïevski, le paradigme de l’enfance est omniprésent et incarne la vertu christologique par excellence : la compassion rédemptrice. Chez Nietzsche, ce paradigme est tout aussi central, mais il acquiert une signification foncièrement équivoque, puisqu’il désigne tantôt l’attitude évangélique la plus authentique (le véritable enseignement de Jésus), tantôt son exact opposé : le courage cruel d’une volonté de puissance qui surmonte toute nostalgie de rédemption. Dans cet article, nous avons cherché à montrer que la symbolique de l’enfance permet de saisir de manière condensée les enjeux éthiques sur lesquels ces deux auteurs se rencontrent pour aussitôt s’éloigner radicalement l’un de l’autre.

R. Celis, Childhood and Compassion in Nietzsche and Dostoyevsky, RThPh 2003/I, p. 13-33.
In the works of Dostoyevsky, the omnipresent paradigm of childhood incarnates the perfect Christological virtue: redemptive compassion. In Nietzsche, this paradigm is just as central, but it acquires a fundamentally ambiguous meaning, because it sometimes designates the most authentic evangelistic attitude (the real teaching of Jesus) and other times its exact opposite: the cruel courage of a will for power which overcomes all nostalgia of redemption.