RThPh 2003/II, p. 115-135.

Gérald HESS
Métaphore, science, philosophie

Résumé
En se servant de la métaphore comme fil conducteur, le présent article ambitionne d’explorer l’un ou l’autre rapport que l’on peut déceler entre le discours de la science et celui du philosophe. Mais au lieu d’opérer empiriquement, l’analyse s’efforce de se situer sur un plan méta-conceptuel. Pour cela, elle se fonde sur une présentation des deux perspectives théoriques essentielles suivant lesquelles est conçue la métaphore: la perspective extensionnelle et la perspective intensionnelle. Alors que l’usage conventionnel et référentiel de la métaphore s’accorde avec la première perspective, l’usage
innovant s’accorde plutôt avec la seconde. Envisagée comme une connaissance sans objet, la philosophie s’accommode parfaitement du modèle intensionnel de la métaphore. Celui-ci rend compte, en effet, non seulement des métaphores avérées mais aussi des concepts philosophiques eux-mêmes. En revanche, le modèle extensionnel convient apparemment mieux au discours scientifique qui
porte en principe sur un objet. Il soulève néanmoins des difficultés importantes qui conduisent à réviser une approche par trop rationnelle de la science.

G. HESS, Metaphor, Science, Philosophy, RThPh 2003/II, p. 115-135.
Taking the metaphor as a vital lead, this article explores the various links between scientific and philosophical discourse. But rather than be empirical, this analysis is situated on a meta-conceptual level. As such, it offers two essential theoretical perspectives of the metaphor : the extensional and the intensional. While the usual and referential convention of the metaphor agrees with the first perspective, innovative use agrees rather with the second. As non-objective knowledge, philosophy peifectly accommodates the intensional model of metaphor, which, in effect, takes into account not only proven metaphors but also philosophcial concepts themselves. On the other hand, the extensional model is better suited to scientific discourse, which, in principle, is objective. The article nevertheless points out important difficulties that call for a revision of a too rational approach to science.