RThPh 2002/IV, p. 353-368.

Norbert CAMPAGNA
Réconciliation ou Justice?
Le problème de l’amnistie

Résumé
La transition vers l’État de droit et la démocratie qui a eu lieu dans de nombreux pays (Argentine, Chili, Afrique du Sud, Haïti, pour n’en citer que quelques-uns) au cours de ces dernières décennies a remis à l’ordre du jour le problème de l’amnistie. Doit-on, au nom de la réconciliation et de la paix civile, renoncer à traduire en justice les anciens bourreaux? Ou bien doit-on, au nom de la justice due aux victimes, les traduire en justice? Poser la question de cette façon, c’est suggérer qu’il existe une opposition absolue entre
l’amnistie et la justice. Dans notre contribution, nous voudrions montrer que cette opposition n’est pas aussi absolue qu’on le pense et que l’amnistie peut aussi parfois être nécessaire pour préserver ou réinstaurer les conditions de possibilité de la justice.

N. CAMPAGNA, Reconciliation or Justice. The problem of amnisty, RThPh 2002/IV, p. 353-368.
The transition towards a state of law and democracy which has taken place in many countries in the last decades (Argentina, Chili, South Africa, Haïti, to mention just a few) brings up again the problem of amnisty. In the name of reconciliation and civil peace, should former torturers and hangmen be released from justice? Or, to do justice to victims, should they be brought to trial? Put that way, the question suggests an
absolute opposition between amnisty and justice. In this article we want to show that this opposition is not so absolute as one might think and that amnisty is sometimes necessary to preserve or to re-instate the condititions for the possibility of justice.