RThPh 201O/III-IV, p. 301-319.

Claire RÖSLER
Leibniz et la mystique

Résumé
Von der wahren Theologia Mystica est un opuscule où Leibniz s’emploie à distinguer la vraie théologie mystique, qui entre en conformité avec la raison, de la fausse qui correspond aux égarements de l’imagination. Nous proposons une traduction commentée et annotée de ce texte (qui date probablement des années 1698-1701). Seul écrit du philosophe consacré exclusivement à la mystique, ce texte est aussi un condensé de sa philosophie. Est esquissé, à partir des fondements
de la métaphysique leibnizienne, un chemin lumineux (“Lichtweg”) qui permet à l’âme de connaître son Créateur. Cette épistémologie de la lumière s’accomplit dans la découverte de la proximité intime du moi à Dieu. L’identité s’enracine en Dieu par un contact immédiat. Dès lors, l’individu est d’autant plus lui-même qu’il entretient une étroite relation d’amour avec son Créateur. Pour caractériser la pensée de Leibniz, Jean Baruzi paraît donc fondé à parler d’un ” mysticisme rationnel “, ce qui implique une redéfinition de la mystique. En effet, la vraie théologie mystique ne demanderait pas l’anéantissement du moi en Dieu, mais un accomplissement de soi en Lui, par une divinisation progressive, grâce à une participation active à Ses perfections.

C. RÖSLER, Leibniz and mysticism, RThPh 201O/III-IV, p. 301-319.
Von der wahren Theologie Mystica is a work in which Leibniz tries to distinguish real mystic theology, which conforms to reason, from false mystic theology, which lends itself to the errors of imagination. For this text (probably about 1698-170I), we propose comments and an annotated translation. Being his only work dedicated exclusively to mysticism, it is also a condensed version of his philosophy. On the basis of his metaphysics, Leibniz draws a shining path (“Lichtweg”) permitting the soul to know her Creator. This epistemology of light is fulfilled in the discovery of the intimate nearness of God to the self. Identity is rooted in God by this immediate contact. Thus, the individual is the more himself if he keeps up an intimate relationship of love with his Creator. So to describe the thinking of Leibniz, Jean Baruzi seems justified in speaking of a “rational mysticism”, implying a redefinition of mysticism. Indeed, real mystic theology does not demand the annihilation of the self in God, but the fulfilment of self in God, through a progressive divinisation, by active participation in God’s perfection.